12/02/2022

Senat
Halimi veil

ALLONGEMENT DE LA DURÉE DE L'IVG

"Je me bats pour le droit de la femme à choisir ses maternités." (Gisèle Halimi)

"Aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l'avortement. C'est toujours un drame, cela restera toujours un drame" (Simone Veil).

Chaque année 3 000 à 5 000 femmes sont contraintes de se rendre à l’étranger parce qu’elles ont dépassé la durée légale de l’IVG. Pour de nombreuses femmes, interrompre une grossesse relève du parcours du combattant, d’autant qu’en 10 ans près de 50 centres d’IVG ont fermé leurs portes et que les délais pour obtenir une IVG s’allongent, en particulier dans les déserts médicaux.

Le projet de loi allongeant la durée légale de l’interruption volontaire de grossesse (IVG) de 12 à 14 semaines qui avait été adopté le 8 octobre 2021 par l’Assemblée nationale a été rejeté par le Senat le 19 janvier 2022. Le texte met également fin à la clause de conscience spécifique à l’IVG qui permet à un médecin ou à une sage-femme de refuser de pratiquer cet acte. Il est aussi prévu d’autoriser les sage-femmes à pratiquer une IVG chirurgicale au bout de dix semaines. Jusqu’alors elles n’avaient le droit de pratiquer que des IVG médicamenteuses. Ainsi, le vote définitif et donc l'application de la nouvelle loi – elle représente une réelle avancée pour les femmes - risque bien d’être repoussée aux calendes grecques.

Les femmes ont obtenu la libre disposition de leur corps, cette liberté n’est toujours pas acquise.

 
Endometriose

 

ENDOMÉTRIOSE

Enfin une avancée sur une maladie peu connue et reconnue

L'Assemblée nationale a adopté à l'unanimité une résolution visant à inscrire l'endométriose sur la liste des affections de longue durée. C'est une grande victoire pour les millions de femmes qui en souffrent.

Pour plus d'infos :

https://www.lemonde.fr/societe/article/2022/01/13/l-endometriose-reconnue-comme-affection-longue-duree-par-une-assemblee-unanime_6109329_3224.html